Les 30 transferts foireux les plus onéreux du football

N° 20. Francisco Farinos

Conditions du transfert:
16,2 millions d’euros de Valence à l’Inter Milan en 2000.

Comment on en est arrivé là:
Grand espoir espagnol (j’ai l’impression de me répeter), Farinos fait parti de la belle génération de Valence qui ira jusqu’en finale de la Ligue des Champions en 2000. A seulement 22 ans, le jeune milieu de terrain tente le grand saut dans le Calcio à l’Inter de Milan. En deux saisons et demie – entrecoupé d’un intermède à Villareal – chez les Intéristes, Francisco Farinos balbutiera complètement balle au pied, et réussira le tour de force d’avoir laissé un pire souvenir à San Siro que Stéphane Dalmat. Très fort.

Le mot de Talal El Karkouri:

« Tu m’as pris pour un noob ou quoi ? J’ai joué à Paris moi. Je sais ce que c’est de défendre sur de grands attaquants vifs et adroits. »

Un achat plus utile:
Deux Stéphane Dalmat de vingt-et-un ans. Ouille.

N° 19. Winston Bogarde

Conditions du transfert:
4 millions d’euros du FC Barcelone à Chelsea en 2000.

Comment on en est arrivé là:
Bien que le montant du transfert ne soit pas particulièrement élevé (quoique, en regardant Bogarde, en fait si), ce qui a caractérisé le passage incroyablement inoubliable est le véritable escroc que s’est révélé Bogarde. Quelques semaines après sa signature, le nouveau coach, Claudio Ranieri lui signifia clairement qu’il ne voulait pas de lui dans son équipe. « Rien à foutre » sembla dire Bogarde lorsque celui-ci refusa quatre ans durant de quitter Chelsea malgré sa rétrogradation en équipe réserve, puis en équipe de jeunes. Bogarde refusa tout simplement toute tentative de réduction de salaire ou de transfert, car son contrat au club lui assurait 50 000 € par semaine. En tout, il ne jouera que 11 matchs en 4 années, sacrifiant sa carrière déclinante et l’argent du club pour probablement se payer un sosie de Ranieri, lui balancer des insultes en néerlandais, puis partir en limousine jusqu’à Stamford Bridge, où il regardera ses coéquipiers jouer de la tribune VIP, en costard trois-pièces, cigare au bec, avant d’insulter le vrai Ranieri en néerlandais et récupérer la prime du championnat auquel il n’aura pas participé.

Le mot de Talal El Karkouri:

« Voilà comment Talal El Karkouri traite avec les terroristes qui prennent en otage les pauvres mercenaires. In your face ! »

Un achat plus utile:
100 limousines Lincoln Towncar pour accueillir les énormes couilles de Bogarde.

N° 18. Francis Jeffers

Conditions du transfert:
15,3 millions d’euros d’Everton à Arsenal en 2001.

Comment on en est arrivé là:
Alors qu’on lui reproche constamment de ne pas favoriser les joueurs anglais et de n’aligner que des onze étrangers à Arsenal, le jour où Wenger tenta, patatra. A sa décharge, on questionnera sa lucidité quant à sa décision de balancer 15 M€ pour un si jeune joueur, non dénué de talent, mais ayant encore beaucoup de choses à prouver. Everton n’est pas Arsenal. Jeffers n’est pas Shearer. 15 M€ plus tard, Wenger aura appris la leçon.

Le mot de Talal El Karkouri:

« Ouais, tu fais bien de tomber. El Karkouri, tu peux pas test. »

Un achat plus utile:
Donner les 15 M€ aux centres de formations français que Wenger a dilapidé depuis 10 ans.

N° 17. Philippe Christanval

Conditions du transfert:
16,7 millions d’euros de Monaco à Barcelone en 2001.

Comment on en est arrivé là:
Plus qu’un flop, c’est un véritable assassinat de carrière qu’a vu se profiler au fil des années Philippe Christanval. Alors présenté comme l’un des meilleurs défenseurs français à 22 ans, et l’un des plus grands espoirs européens, le Monégasque choisit en 2001 de tenter une grande carrière à Barcelone. Le transfert s’accorde sur près de 17 M€, soit le plus gros montant dépensé par Barcelone pour un défenseur. Relégué sur le banc, il participe tout de même à la Coupe du Monde 2002 des Bleus. Pas vraiment la meilleure campagne de réhabilitation… Barcelone le refourguera à l’OM (ça commence à devenir une sale habitude là…) après uniquement 5 matchs de joués lors de la saison 2002-2003.

Le mot de Talal El Karkouri:

« Regarde Philippe comment Talal il frappe dans la balle. Fluide. Vif. Puissant. Défenseur central et alors ? »

Un achat plus utile:
Alfonso du Betis Séville. Ah merde, ils l’ont déjà…

N° 16. Kader Keita

Conditions du transfert:
18 millions d’euros de Lille à Lyon en 2001.

Comment on en est arrivé là:
On pourra dire ce qu’on veut de la grande bouche Jean-Michel Aulas, mais il aura tout de même réussi à construire depuis qu’il est à la tête de l’OL une équipe sept fois championne de France d’affilée. Si le recrutement est généralement bien mené du côté lyonnais, une ombre demeure au tableau. Et pas des moindres, puisqu’il s’agit du plus gros transfert de l’histoire du club, à savoir Kader Keita, en provenance de Lille. Censé faire partir Govou en début de saison 2007-2008, ce sera finalement le contraire qui se passera, puisque l’éternel super-joker Sidney et l’émergence de l’intenable Ben Arfa, pousseront l’Ivoirien à connaître les joies du banc plus de fois qu’il aurait pu le prévoir. Irrégulier et rarement décisif, Keita a été un remplaçant luxueux, à défaut d’être de luxe.

Le mot de Talal El Karkouri:

« 18 M€ ? Talal El Karkouri trouve cela indécent. On ne contredit pas Talal El Karkouri, ou bien Talal El Karkouri effectuera sa spéciale : le tacle attrape-cuisse. Il s’élance… »

Un achat plus utile:
« Dis Jean-Michel Aulas, t’aurais pas deux planches d’un mètre cinquante pour 18 M€ ? » « Euh nan, pour quoi faire ? » « Un harmonica pour ta grande gueule. » © BashFr

Publicités

Pages: 1 2 3 4 5 6 7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :